Les effets des pollutions aux hydrocarbures sur l’environnement marin

Les effets des pollutions aux hydrocarbures sur l’environnement marin

Lors de pollutions aux hydrocarbures en milieu marin, les conséquences sur la faune et la flore sont à la fois physiques (engluement, étouffement des habitats) et toxiques (contamination des organismes par processus chimiques). La gravité de la pollution dépend des conditions environnementales et météorologiques, de la sensibilité du lieu, de la quantité et du type d’hydrocarbures déversés. Ces critères impliquent une vitesse de dégradation naturelle plus ou moins longue et un temps d’exposition des organismes en conséquence.

  • Pour un hydrocarbure lourd, on craint davantage les conséquences physiques. En se déposant sur les côtes, rochers et habitats, il les prive d’oxygène et peut étouffer les organismes. Il se dissipe lentement. En revanche, puisqu’il est moins soluble, il présente moins de risques toxiques.
  • Un hydrocarbure léger se dissipe plus rapidement. S’il ne présente pas de risque physique direct, il faut par contre prendre en compte les effets toxiques sur les organismes, notamment ceux vivant à la surface de l’eau et aux alentours qui y seront exposés (les effets étudiés comprennent infertilité, dégradation du système immunitaire, etc).

Les marées noires, à court terme notamment, ont un impact négatif important sur les écosystèmes ainsi que sur la population humaine locale (par privation de ressources et impacts sociaux et économiques, en particulier sur le tourisme). Les études menées depuis plusieurs dizaines d’années nous permettent un recul suffisant pour mesurer cet impact de manière globale et sur le long terme. Les chercheurs ont en effet acquis une bonne compréhension des processus de rétablissement des écosystèmes et de la quantification des dégâts sur de longues périodes. En bref : les habitats et la vie marine retrouvent leur fonctionnement normal après plusieurs saisons, et le nettoyage artificiel par l’homme permet d’accélérer le rétablissement et de diminuer les conséquences négatives sur l’environnement.

Les mécanismes d’impact

mouette

L’engluement physique

Il s’agit des dégâts les plus importants causés par les hydrocarbures lourds, et également l’image que nous gardons des marées noires : ces oiseaux pris au piège dans le goudron et les plages nappées de noir. Ces hydrocarbures sont peu solubles et vont donc se déposer en paquets sur la rive ou flotter à la surface de l’eau. En cas de tempête, ils peuvent également couler jusque dans les fonds marins où ils stagneront un temps indéterminé et feront suffoquer tout un écosystème. Lorsqu’ils se déposent sur un rivage, ces polluants empattent les petits animaux (tortues, mouettes…) et privent les habitats d’oxygène. Ils entravent les processus de nettoyage naturel, notamment pour les plantes à raz de sol qui se retrouvent privées d’air et de lumière.

La toxicité chimique

Principalement causées par les déversements d’hydrocarbures légers, les conséquences de la toxicité sur les organismes exposés sont mesurables à court et à long terme. En effet, en contaminant les végétaux et planctons dans et à la surface de l’eau, les éléments composant le polluant remontent le long de la chaîne alimentaire et leurs effets se répercutent sur plusieurs espèces. On constate notamment des effets néfastes sur la fertilité des poissons, et les chances de survie d’animaux sauvés après un nettoyage sont drastiquement diminuées.

Le déséquilibre des communautés

En décimant en un très court laps de temps une importante part de population d’une espèce, la pollution déséquilibre l’écosystème. En effet, certaines espèces ont un mode de reproduction consistant en de grandes lâchées d’oeufs pour compenser la forte mortalité des progénitures. Ce système de démographie rapide est capable d’encaisser de grandes pertes d’individus, au contraire d’espèces avec un cycle de reproduction plus long ou une communauté naturellement plus petite. En fonction également de la prédation de l’endroit et de la disparition de certaines proies, ces destructions peuvent avoir un impact important sur les populations et la préservation des espèces en favorisant la prolifération de certaines au dépend d’autres.

Les effets indirects

La perte des habitats, le plus souvent due aux hydrocarbures lourds, et le bousculement de la chaîne alimentaire compliquent le bon rétablissement des espèces. Il faut aussi considérer l’impact économique et social pour les populations humaines à proximité, notamment sur la perte de ressources (pêche, …) et du tourisme, l’odeur incommodante etc.

Le nettoyage

nettoyage d'une marée noire

Les processus de nettoyage naturel consistent en :

  • Les pluies
  • Les marées
  • La décomposition naturelle par bactéries
  • La décomposition volatile

Ils peuvent parfois se suffire à eux-même. Mais lorsque le rivage est atteint, qu’il s’agit d’hydrocarbures lourds, que le polluant est confiné (et donc protégé de sa dissipation naturelle) ou qu’une condition spécifique le requiert, il est recommandé d’enclencher des mesures de nettoyage artificiel pour rétablir plus rapidement le fonctionnement normal de l’environnement touché. Une intervention efficace réduit l’impact de la pollution.

Découvrez notre Cellule de dépollution d’urgence

On appelle restauration, remise en état ou remédiation l’ensemble des mesures mises en place pour remettre l’environnement en fonctionnement normal plus rapidement qu’avec les processus de nettoyage naturel. Il s’agit de :

  • La collecte des hydrocarbures
  • La (ré-)Implantation de végétation
  • La restriction de l’accès et des activités humaines
  • Le contrôle des prédateurs et la reproduction surveillée

La planification et l’exécution efficace de ces méthodes permettent d’atténuer considérablement les dégâts de la pollution et d’aider au bon déroulement du rétablissement naturel du site.

La collecte des hydrocarbures par absorbants

Découvrez notre Guide des absorbants

Les absorbants synthétiques ont pour but de fixer les polluants par imprégnation afin de permettre leur récupération. Ils se présentent sous plusieurs formes : vrac, feuilles, rouleaux, coussins, etc, chacune adaptée à une situation. Ces produits sont peu coûteux et peuvent être déployés très rapidement avec peu d’équipement de protection individuelle (des gants, auxquels on ajoute un masque et des lunettes dans le cas d’absorbants en vrac). Ils sont particulièrement recommandés pour la gestion des hydrocarbures légers.

Les objectifs des absorbants sont :

  • Réduire l’extension des nappes d’hydrocarbures
  • Fixer les hydrocarbures pour permettre leur récupération
  • Récupérer les effluents pollués pendant les phases de nettoyage

Avantages : Les absorbants synthétiques peuvent être utilisés partout et pour tout type de polluant. Ils n’ont aucun impact négatif sur l’environnement. Ils sont peu coûteux, faciles et rapides à mettre en place.

Destruction : Tous les absorbants, y compris ceux qui ne sont pas contaminés, doivent être récupérés puis envoyés en centre de retraitement des déchets à risque.

Découvrez notre article sur la destruction des absorbants usagés

 

Sourceswwz.cedre.frwww.itopf.org

Fermer le menu
×